musique logo

FESTIVALS 2019 

la date limite de dépôt des demandes est fixée au jeudi 31 janvier 2019
(toute demande soumise hors délai ne sera pas examinée)

 > accéder au formulaire de demande d'aide en ligne

assoc   aides   evenements   concert   commandes   actualites   liens   telecharger
Grand Prix Lycéen des Compositeurs Île de créations Paris de la musique
Accueil > événements > Île de créations recherche ok

Île de créations 2013

 

« Pour un jeune compositeur, le seul moyen d'avancer, c'est en entendant sa propre musique jouée par des professionnels. Expérimenter le passage de l'imaginaire abstrait au concret terre-à-terre et en tirer des conclusions applicables aux œuvres suivantes, cela équivaut à des années d'études théoriques. au-delà de l'arbitraire résultat d'un concours, qu'un jeune puisse entendre ce qu'il a écrit, c'est un prix en soi. »
Oscar Strasnoy,
compositeur, parrain d'Île de créations 2013

 

Première édition


Le concours de composition Île de créations créé en 2012 à l'initiative d'Enrique Mazzola, directeur musical de l’Orchestre National d’Île-de-France, a couronné son premier lauréat.

 

Résultat du concours 2013

La finale s'est tenue le vendredi 11 janvier à l’Orchestre National d’Île-de-France.
La compositrice Christina Athinodorou vient de remporter le prix du jury et le coup de cœur du public avec Intermède pour une mer jamais vue.


Christina Athinodorou

 

Déroulé

14h00

Filage des deux œuvres finalistes (ordre d'exécution tiré au sort) par l'Orchestre,
sous la direction de Jean Deroyer

14h30

Délibération du jury

15h00

Proclamation du jury et vote du public

 

Proclamation du coup de cœur du public

15h15

Interprétation de l'œuvre lauréate par l'Orchestre, sous la direction de Jean Deroyer

15h45

Entretien des compositeurs avec les membres du jury

 

Le jury

- Enrique Mazzola, directeur musical de l’Orchestre National d’Île-de-France, président du jury
- Oscar Strasnoy, compositeur, parrain d'Île de créations 2013
- Alberto Colla, compositeur
- Matteo Franceschini, compositeur
- Jean Deroyer, chef d'orchestre
- Anne Montaron, productrice à France Musique, partenaire d'Île de créations
- Olivier Bernard, directeur de la division culturelle de la Sacem, partenaire d'Île de créations
- François Piatier, administrateur de musique nouvelle en liberté, partenaire d'Île de créations
- Éric Denut, directeur de la promotion aux Éditions Durand-Salabert-Eschig, partenaire d'Île de créations
- Didier Goury, contrebasse co-soliste de l'Orchestre National d’Île-de-France
- Patrick Hanss, 1er trombone solo de l'Orchestre National d’Île-de-France

Les récompenses

- Création et diffusion par l'Orchestre National d’Île-de-France en Île-de-France et à Paris
- Diffusion du France musique dans l’émission Alla breve au cours de l’année 2013
- Édition de la partition aux Éditions Durand-Salabert-Eschig
- Prix doté par musique nouvelle en liberté
- Prix offert par la Sacem et Radio France

 

Les œuvres finalistes

Intermède pour une mer jamais vue de Christina Athinodorou

1. Allegro. With light.
2. Focused, deep
3. Dolce, con innocenza
4. With a dance-feel
5. La vague jamais vue


Note d'intention

« Les lettres de Beethoven contiennent, par rapport au compositeur, deux vérités qui sont très touchantes : le souci que la perte progressive de son audition rendrait ses "ennemis" heureux, et qu’il n’a jamais vu la mer de sa vie. Ces informations ont été les éléments déclencheurs de la naissance de cette pièce pour orchestre, une pièce qui reflète une collection d’impressions de la toute première vue de l’eau infinie, alors qu’une "musique intérieure" devient de plus en plus forte. »


Christina Athinodorou

Christina Athinodorou





















Christina Athinodorou, compositrice et chef d’orchestre chypriote-grecque, est née en 1981 à Paphos. Sa musique a été jouée dans plusieurs festivals et salles de concerts dont la Biennale de Venise, MITO Settembre Musica, Konzerthaus Berlin, Festival Forfest, Labyrinthmaker Project... par l’Orchestre d’État Académique de Saint Petersbourg, Orchestre Symphonique de Chypre, Jyväskylä Sinfonia Finlandia...
Elle a reçu des commandes de la Fondation des Arts Pharos, des Amici di Sentieri Selvaggi, de la Guildhall School of Music and Drama. En tant que chef d’orchestre, Christina Athinodorou a travaillé avec de nombreux orchestres tels le London Sinfonietta, Orquestra Sinfónica do Porto Casa da Música, IEMA Frankfurt, Nederlands Symphonie Orkest... Elle a obtenu le prix panhellénique de composition de musique de chambre de l’université Aristote (Thessalonique 2005), le prix du concours pour jeunes compositeurs de l’Orchestre Philharmonique Aldworth (Royaume-Uni, 2006-07), le deuxième Premio GERMI (Rome 2009), et plusieurs bourses de la Fondation Solti, ministère de la Culture de Chypre, Université de Londres (bourse de recherche doctorale), ainsi que la Bourse Dame Felicity Lott.
Christina Athinodorou a fait ses études à l’École de musique et d’art dramatique Guildhall à Londres, où elle a obtenu ses Bachelor et Master of Music, et au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon. En 2011, elle a obtenu son doctorat à l’Université de Londres Royal Holloway. En 2009, Christina a vécu à Paris en tant que compositrice-résidente à la Cité internationale des Arts. Elle a suivi la session de composition du Centre Acanthes en 2011 et a été artiste en résidence au Centre d’art à Marnay-sur-Seine (avril 2012). Récemment, elle a obtenu un diplôme de lauréat du Concours international de composition Prokofiev en Russie pour sa pièce Alma pour alto seul et orchestre symphonique. Christina travaille en tant que compositrice et chef d’orchestre, ainsi que professeur de musique (Royal Holloway, London College of Music).
Elle enseigne actuellement à l’Université européenne de Chypre.

 

Agakure de Thomas Menuet

1. En une tiède sécheresse…
2. Le fantôme du guerrier Tamura…
3. … tend progressivement les cordes…
4. … de ses voix lointaines.
5. Eles vibrent de traditions passées.


Note d'intention

« Passionné depuis de nombreuses années par le Japon féodal et ses coutumes traditionnelles, c’est donc tout naturellement que ce sujet s’est imposé, dès les prémisses de l’écriture de ces cinq pièces
pour orchestre. Actuellement, cette passion s’enracine vers le théâtre Nô et plus précisément vers les différents arts contenus dans cette pratique théâtrale.
Par un jeu très précis et codifié, les acteurs comme les musiciens utilisent une dialectique de cris, et réveillent chez le spectateur des peurs très vives, dans le but d’imager la scène jouée. De nombreux cinéastes citent, encore aujourd’hui, ces acteurs et musiciens Nô, de façon à rendre pertinent les plus imposants cauchemars de leurs personnages.
Cet esprit, baigné de fascinantes oppositions qui s’enrichissent mutuellement, c’est cela qui m’a apporté le moteur essentiel à la création de cette pièce. En somme, créer pour l’orchestre ces différents sentiments imposants, dans le but d’activer mais aussi de faire face à notre fragilité quant à nos peurs enfouies.
L’héroïsme beethovénien mis en musique par ce concert, en est-il si éloigné pour autant ? Ce sentiment si imposant que l’on perçoit en écoutant la musique de ce compositeur, en est-il si éloigné ? Malgré les différentes cultures et habitudes culturelles de ces deux peuples (japonais et allemand), il me semble qu’il y a bien quelque chose de commun à aller chercher ici … Et au moins autant que le Nô aujourd’hui pour moi, cette recherche "d’essence commune" me mobilise et me passionne tout autant. Comme pour relier une passion à une autre, c’est donc tout naturellement que ce compositeur apparait, mis en scène par certaines habitudes instrumentale de langage, par ses silences et contrastes théâtraux. La 5ème pièce plus que les autres, se charge de mettre en avant ces aspects, comme un hommage de circonstance à ce compositeur.
Tintée d’un esprit très français, m’a-t-on confié, ces cinq pièces n’en restent pas moins initialement construites sur ces deux fondamentaux que sont le théâtre Nô et cette volonté "d’essence commune". Cet esprit de synthèse au combien délicat et fragile, c’est bien le pari que je prends ici par le biais de mon écriture, de vous faire entendre ici. »


Thomas Menuet

Thomas Menuet



Né à Bayeux, en 1987, c’est par la pratique du piano que Thomas Menuet entre en contact avec la musique. Il l’étudie à Bayeux puis à Caen, où il fera la connaissance de Jean-Louis Agobet qui deviendra son professeur de composition et d’orchestration entre 2008 et 2010.
Sélectionné en 2010, à Caen, lors du concours National pour Orchestre « Appassionato », Thomas Menuet obtient le privilège de travailler en étroite relation avec un orchestre professionnel, et d’assister à l’interprétation de sa création par l’orchestre des professeurs du Conservatoire de Caen.
Admis au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris en 2011, Thomas  Menuet travaille aujourd’hui dans la classe de composition de Madame Edith Canat de Chizy. Ses créations sont régulièrement jouées dans le cadre des auditions organisées par le conservatoire.



 




 

affiche Ile de créations 2013

 

L'œuvre primée a été donnée lors de
la série de concerts « Ludwig »
consacrée à Beethoven


Orchestre National d'Ile-de-France - direction: Yoel Levi, Veronika Eberle (violon)

Ludwig van Beethoven
Concerto pour violon et orchestre en ré majeur op 61

Christina Athinodorou
Intermède pour une mer jamais vue
(*) [création]

Ludwig van Beethoven
Symphonie n° 5 en ut mineur op 67


(*) commande de musique nouvelle en liberté-Ville de Paris


vendredi 15 février 2013 à Alfortville (94) -
Pôle culturel - 20h30

renseignements / réservations : 01 58 73 29 18


samedi 16 février 2013 à Juvisy-sur-Orge (91) -
Espace Jean Lurçat - 20h30


dimanche 17 février 2013 à Villeparisis (77) -
Centre culturel Jacques Prévert - 15h30

renseignements / réservations : 01 64 67 59 69


mardi 19 février 2013 à Le Mée-sur-Seine (77) -
Le Mas - 20h30

renseignements / réservations : 0 899 18 15 22

vendredi 22 février 2013 à Maisons-Alfort (94) -
Théâtre Claude Debussy - 20h45

renseignements / réservations : 01 41 79 17 20

samedi 23 février 2013 à Argenteuil (91) -
Centre culturel Le Figuier blanc - 20h30

renseignements / réservations : 01 34 23 58 00

dimanche 24 février 2013 à Paris (75) -
Salle Pleyel - 16h00

renseignements / réservations : 01 43 68 76 00

 

À lire

 

Contact et informations

Camille Villanove
Orchestre National d’Île-de-France
Tél. : +33 (0)1 1 41 79 39 30
E-mail : camille.villanove@orchestre-ile.com
site Internet : Orchestre National d'Île-de-France

   
   

 

(c) musique nouvelle en liberté 2010 - Mentions légales - Contact - Plan du site