En accédant à notre site Internet, vous reconnaissez accepter les cookies. Ne plus afficher ce message

 

FUSION (CDMC/MNL/MFA/MMC) :


Afin de renforcer leurs actions et permettre le soutien d’un plus grand nombre de projets au profit de la musique contemporaine par une action concertée et la mise en commun de leurs moyens, les associations Centres de Documentation de la musique Contemporaine (CDMC), Musique Nouvelle en Liberté (MNL) et Musique Française d’Aujourd’hui (MFA) ont souhaité se rapprocher au sein d’une seule association ayant pour objet de promouvoir et de valoriser la musique contemporaine dans toute sa diversité et ses formes d’écriture, et d’apporter un accompagnement professionnel aux compositeurs et aux acteurs professionnels de ce secteur musical.

À cette fin, l’association Maison de la Musique Contemporaine (MMC) a été créée et il est ainsi mis en œuvre un processus de fusion, l’association MMC, absorbant le CDMC, MNL et MFA. Les conseils d’administration des associations CDMC, MNL, MFA et MMC ont arrêté le principe de la fusion et le projet de fusion des quatre associations.

Conformément aux dispositions de la loi du 1er juillet 1901 et à son décret d’application, nous vous mettons à disposition les documents suivants :
- les 3 derniers comptes des associations absorbées ;
- le projet de fusion (et les annexes correspondantes) ;
- le projet de traité de fusion comportant l’évaluation de l’actif et du passif du CDMC, de MFA et de MNL (et les annexes correspondantes) ;
- l’extrait des procès-verbaux des conseils d’administration du 9/03/2020 (CDMC), du 4/03/2020 (MFA ), du 11/03/2020 (MNL) et du 23/03/2020 (MMC) arrêtant le projet ;
- les statuts de la Maison de la Musique Contemporaine ;
- l’avis de fusion publié dans le journal d’annonce légale le 10 juin 2020.

Vous pouvez en faire la demande en nous adressant un courriel.

 

Nos partenaires

Ministère de la Culture

http://www.culture.gouv.fr/

Le soutien du ministère de la Culture a permis à partir de 1994 à Musique Nouvelle en Liberté d'étendre son action à toute la France. Cette reconnaissance de l'intérêt national de Musique Nouvelle en Liberté montre l'engagement du ministère en faveur de la diffusion de la musique contemporaine. Depuis 2006, en partenariat avec la Sacem et France Festivals, le Ministère a confié à Musique Nouvelle en Liberté une mission d'incitation à la reprise d'œuvres écrites depuis moins de 40 ans auprès des festivals

Sacem

https://www.sacem.fr/

Mise en œuvre depuis plus de quarante ans, l’action culturelle de la Sacem, largement développée grâce aux ressources issues de la copie privée, contribue à la promotion de la création et à la dynamique de la vie musicale. Le renouvellement des répertoires, le soutien au spectacle vivant et l’aide à la professionnalisation des jeunes créateurs et interprètes constituent les priorités de cette politique. Historiquement très investie auprès des répertoires délaissés par les grands médias, l’action culturelle de la Sacem consacre près de 30 % de ses ressources à la musique contemporaine.

FCM

https://lefcm.org/

Depuis plusieurs années, producteurs, créateurs, interprètes et “subventionneurs” posaient la question de la diffusion de la musique contemporaine et notamment de son ouverture à un public plus large. Compte tenu de l’engagement de l’État aux côtés de la création contemporaine, Le FCM avait adopté d’autres priorités sans pour autant négliger ce secteur en soutenant ses grands festivals et sa production phonographique.

L’originalité du projet Musique Nouvelle en Liberté nous a offert l’opportunité d’une intervention coordonnée (donc plus efficace) et originale par son souci d’ouverture et de décloisonnement des publics et des répertoires. Notre soutien est entièrement consacré à la diffusion en région.

Adami

https://www.adami.fr/

L’Adami aux côtés de Musique Nouvelle en Liberté... prolongement naturel de son action artistique menée depuis des années en faveur des musiques d’aujourd’hui et, bien sûr, de ses interprètes. Faire découvrir à un large public la musique contemporaine, c’est donner la possibilité d’élargir le libre choix d’un musicien, d’un chef d’orchestre d’aborder de nouveaux répertoires et de connaître et faire connaître nos compositeurs d’aujourd’hui. L’Adami auprès de ses interprètes prend le risque de la création.

SPEDIDAM

https://spedidam.fr/

Créée en 1959, la SPEDIDAM est une société de perception et de répartition des droits des artistes-interprètes qui gère leurs droits de propriété intellectuelle. La SPEDIDAM permet aux artistes d’exercer un contrôle sur les utilisations secondaires qui en sont faites. La SPEDIDAM répartit les sommes qu’elle perçoit aux artistes et en affecte une partie à la création artistique conformément à la loi.

La copie privée

http://www.copieprivee.org/

Peu de gens savent que, depuis 1985, lorsqu’ils achètent des supports vierges ou du matériel servant à copier de la musique et des images (tels que des cassettes, CD ou DVD vierges, des baladeurs numériques, des clés USB audiophiles, des enregistreurs numériques de salon), une petite partie du prix payé (la redevance pour copie privée) rémunère les auteurs, éditeurs, interprètes et producteurs des œuvres que ces supports permettent de copier. Ils sont encore plus rares à savoir qu’1/4 des sommes ainsi collectées alimente de nombreuses manifestations culturelles sur tout notre territoire. En 2006, l’apport de la copie privée aux actions culturelles et à l’aide à la création en France a été de près de 40 millions d’euros.